Politique cookies

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour sécuriser votre connexion, faciliter votre navigation et permettre l’élaboration de statistiques.  Pour obtenir plus d’information sur les cookies et vous y opposer, vous pouvez consulter notre politique cookies.

Articles (15/130)
Quelles perspectives en 2018 ?
Quelles perspectives en 2018 ?
Retour

Quelles perspectives en 2018 ?

13/12/2017

Avec les nouvelles réglementations et les évolutions technologiques qui pointent à l’horizon, 2018 s’annonce décisive.

Les responsables de nos quatre client lines partagent leurs prévisions pour cette nouvelle année

 

image_bp2s_bruno-campenon-round_2017-12-19.png

Bruno Campenon, Head of Financial
Intermediaries & Corporates

Transformation de la gestion du collatéral

La gestion du collatéral est en pleine expansion. Elle se transforme progressivement tant en taille qu’en terme de complexité. Par ailleurs, les vagues réglementaires qui se succèdent engendrent de plus en plus d’opérations comportant du collatéral.

Ces changements exigent dès lors des services plus sophistiqués allant de l'optimisation à la transformation du collatéral. Il en découlera également un besoin de services complémentaires tels que le calcul de la marge initiale et la réconciliation. Dans ce paysage en rapide mutation, les gagnants seront ceux qui pourront combiner ces services avec des liens déjà tissés tant du côté buy-side que du côté du sell-side.

La sous-traitance côté sell-side

Alors que le buy-side a déjà externalisé une grande partie de ses activités de back et de middle office, le sell-side est plutôt resté une activité interne, même si la compensation, la conservation et le règlement sont souvent confiés à des agents. Toutefois, le coût croissant des technologies et de la réglementation pousse les entreprises sell-side à penser davantage à l'externalisation. En 2018, une importante banque d'investissement devrait externaliser l'ensemble de son activité post-marché. Ce modèle opérationnel deviendra la norme auprès des entreprises de sell-side d’envergure mondiale.

En outre, la mutualisation des coûts qui en résultera sera un facteur important pour restaurer la rentabilité de ce secteur.

image_bp2s_arnaud-claudon-round_2017-12-19.pngArnaud Claudon, Head of Asset
Managers

MiFID II – un démarrage lent mais un impact majeur sur le long terme

Notre secteur assistera à une progression du nombre  de « boutiques » spécialisées – notamment pour celles qui offrent de bons résultats dans une expertise de niche – ainsi que du nombre d'entreprises de grande taille. Ces dernières – qui dépassent 300 milliards USD d'actifs sous gestion – adoptent de plus en plus une stratégie d'industrialisation. Ainsi, pour absorber les coûts réglementaires tout en augmentant les marges, les gestionnaires d’actifs majeurs cherchent à la fois à rationaliser leur gamme de fonds et à être présents en matière de gestion active et passive avec en toile de fond un environnement sous pression.

Dans cette phase de transformation, il est essentiel de s'appuyer sur un partenaire avec une offre plurielle de services, dans de multiples localisations géographiques et qui soit à la fois local et global.

La technologie influencera considérablement la distribution de fonds

La technologie Blockchain/ Distributed Ledger (DLT) conduira le KYC, la due diligence et la souscription - processus transactionnels de rachat - à plus d’efficacité. L'intelligence artificielle et l'analyse des données faciliteront la construction de portefeuilles et les offres de nouveaux produits. En parallèle, les robo-advisers feront partie du paysage des clients institutionnels, toujours plus en demande de solutions d’investissement combinant « haute qualité et nouvelles technologies ».

image_bp2s_florence-fontan-round_2017-12-19.pngFlorence Fontan, Head of Asset
Owners

Les données commencent à être pleinement exploitées avec des applications pratiques

Au quotidien, les investisseurs institutionnels génèrent des trillions d'octets de données. Les priorités d’hier, concentrées sur le stockage et l’accessibilité de ces données, évoluent vers leur interprétation et leur utilisation. Les entreprises engagent des data scientists chargés de garantir des avancées telles que le machine learning ou le traitement automatique du langage naturel, qui permet à des ordinateurs de comprendre le langage humain. Ces outils vont commencer à s'appliquer aux données non structurées de toute nature – pouvant aller des images satellite aux chats sur les réseaux sociaux – en vue d'assurer la prise de décision dans les front-offices et au-delà, grâce à une meilleure information. 

Durabilité : la réglementation se muscle

À nos yeux, 2018 sera l'année où les exigences en matière de divulgation commenceront à avoir une incidence sur le E d'ESG. La réglementation et les pratiques du marché conduiront à une amélioration de la qualité des données et des indicateurs ESG. La Task force sur les Climate-related Financial Disclosures (TCFD) précisera comment les entreprises pensent être touchées par la transition vers une économie à bas carbone. Malgré le caractère volontaire de la TCFD, nous anticipons de nouvelles exigences en matière de reporting réglementaire, dans la foulée de l'article 173 de la loi française relative à la transition énergétique, qui a été entérinée en été 2017.

image_bp2sian-lynch-round_2017-12-19.pngIan Lynch, Head of Alternative
Investors 

La gestion alternative continue à attirer les actifs

En octobre 2017, les actifs sous gestion du secteur mondial des hedge funds ont atteint un nouveau record à 3 253 milliards USD. Selon nos prévisions, en 2018 les actifs sous gestion poursuivront leur croissance dans l’alternatif, sous l’impulsion de plus fortes allocations institutionnelles. Alors que les marchés actions continuent d'atteindre des sommets records, les investisseurs se pencheront davantage sur des rendements absolus capables de garantir plus de protection dans les périodes difficiles. Dans leur quête d’alpha diversifiés, de bêta exotiques et de résultats pour leurs placements majeurs, les investissements alternatifs sont en train de migrer d’une stratégie de niche vers le cœur des portefeuilles d’investissement.

L’expérience utilisateur devient digitale

Concernant l’administration des fonds alternatifs, l’expérience utilisateur continuera à se digitaliser à grande vitesse en 2018. S’inspirant des services financiers à destination des particuliers, la fourniture de services va être de plus en plus taillée sur mesure et individualisée pour l’utilisateur final. La science des données et l’analyse comportementale conditionneront cette innovation en matière d’offre de services et amélioreront de manière significative l'expérience l'utilisateur.

Le retour des macro-stratégies mondiales

Le regain d'intérêt pour les stratégies alternatives de financement et de crédit privé observé en 2017 ralentira au fur et à mesure que les taux d'intérêt augmenteront en 2018. Nous pouvons nous attendre à une normalisation des politiques monétaires par les banques centrales (aux États-Unis, les taux d'intérêt à court terme continueront notamment à augmenter alors que la BCE abandonnera son effort d'assouplissement quantitatif). Alors que cela aura pour effet d’atténuer la croissance des marchés de la dette, une volatilité de marché accrue, associée à une croissance économique solide, permettra une progression des stratégies macro-économiques en 2018.

Suivez-nous